dimanche 6 octobre 2013

Toutes ces conneries que j'ai écritesdepuis 2011 : à quoi bon ?

Plus tard, je me repentirai en enfer.
Mais quand j'apprends que je suis lu en Chine et en Serbie, je me sens pousser des ailes, fier de concourir au bien-être de l'humanité et à l'édification des masses laborieuses.
En vrai, j'en ai marre de bloguer, surtout sur les vieux bélinographes qui font parfois office d'ordinateurs ! Je perds beaucoup trop de temps à faire ça. J'ai déjà mes petits carnets privés et tout le reste de ma production en plus du boulot. Sans compter Toto, le psychanalyste.
En revanche, j'aime bien répondre aux autres blogueurs, parce que ça m'apporte plus de les lire et de commenter leurs articles que d'en écrire moi même - je sais d'avance ce que je vais dire, y a pas de surprises, sur mon propre blog !
Enfin et en plus, j'ai un besoin urgent de lire Jean Racine. Je n'en ai pas estimé l'urgence. Elle n'empêche pas tout le reste. 
Pour le Jeannot en question ci-dessus, que me conseillez-vous de lire ?
 




2 commentaires:

Calyste a dit…

Toi, tu sais ce que tu vas dire, mais pas nous !

daniel a dit…

C'est exact. Il ma faut penser aux autres. A ceux qui me lisent, notamment. Parce que, s'il n'y avait pas les Autres, je ne pourrais plus les lire et commenter leurs "post".
Des uns et des autres. Il n'y a pas à dire : je préfère les uns plutôt que les autres ! Et même un seul un que plusieurs ! Parce que les "Autres", il y en a une flopée qui se bousculent dans la cage d'escalier !
De plus, je ne suis pas du genre altruiste forcené ! L'altruisme, pour ce qui me concerne, est aussi exécrable que la charité qui prolifère en l'absence de droit commun !
Et puis j'en ai marre de considérer à longueur de post que les radis qui, autrefois étaient roses et blancs, ce qui leur donnait une couleur globalement rose, et qu'ils fallait gratter, sont aujourd'hui rouges vifs ! Sans compter les radis noirs qu'il faut aussi surveiller de près !
De fait j'en ai assez d'écrire des conneries. Mais il m'est très difficile de résister à n'en pas écrire !
Voili-voilà pourquoi je me lasse !